L'arabe, le turc, le portugais, l'italien au choix pour les élèves de primaire

ladepeche.fr -

Tous les enfants à partir du CE1 peuvent désormais apprendre l'arabe, le turc, l'italien, le portugais ou le serbo-croate, en plus des heures de cours normales. Les parents s'interrogent.  

Désormais, tous les enfants de Haute-Garonne, à partir du CE1, peuvent s'inscrire à un cours de portugais, serbe, croate, turc, arabe ou italien. Jusqu'à l'an dernier, ces cours étaient dispensés uniquement aux familles de travailleurs migrants, qui souhaitaient que leur enfant perfectionne la connaissance de sa langue d'origine. Ces Enseignements de langue et culture d'origine (ELCO), qui existent depuis les années 70, sont désormais ouverts à tous. Ils deviennent Enseignements internationaux de langues étrangères (EILE). Ainsi en a décidé la ministre de l'Éducation nationale.

«Auparavant, les enseignants de ces ELCO étaient mis à disposition par les pays d'origine, partenaires. Mais ces professeurs n'étaient pas forcément enseignants de formation, et ne maîtrisaient pas forcément le français. Ni eux, ni le contenu de leur enseignement n'était contrôlé par le ministère», explique le rectorat.

Selon un observateur du dossier, certains professeurs de ces ELCO étaient suspectés de radicalisation. «Dans le contexte actuel, une reprise en main s'imposait». Avec les EILE, tout cela change. Les enseignants et leurs cours seront contrôlés, et ils devront maîtriser le français.

Dès la rentrée prochaine, ces cours - 1 h 30 par semaine - seront dispensés le soir après l'école, le mercredi après-midi ou le samedi matin.

Annoncée par un simple feuillet dans le carnet de liaison des enfants, l'initiative n'a pas toujours été bien comprise des parents d'élèves dans le département.

Un mot dans le carnet des enfants, et c'est tout

«On a reçu un mot dans le carnet de notre fille, nous demandant si nous souhaitions l'inscrire. Franchement, on n'a pas trop compris. Pourquoi apprendre le turc ou le serbe, voire l'italien, en plus de l'anglais déjà enseigné à l'école ? Pourquoi pas l'espagnol ou l'allemand ? Et comment s'organiser pour l'emmener ? Qui donne les cours ? Est-ce ouvert aux débutants ?», s'interrogeait cette semaine une maman toulousaine, qui comme «tous les parents du département», indique le rectorat, a reçu ce mot par l'intermédiaire du carnet de son enfant.

Au rectorat, on se contente de répondre que ce feuillet est un «sondage» pour recenser les besoins. «Mais sans explications, comment inscrire son enfant ?», se demande encore la mère de famille.

Depuis la rentrée dernière, sept classes EILE sont d'ores et déjà ouvertes dans le département. Les élèves y apprennent le portugais. À la rentrée prochaine, les cinq autres langues (arabe, serbe, croate, turc, italien) seront dispensées. Avec combien d'élèves derrière les pupitres ?

Retrouver cette article sur ladepeche.fr

Commentaires

Pour ajouter un commentaire, veuillez s'authentifier à partir de la zone Connexion située à droite.

CSS Valide !