La France est sous dotée en écoles musulmanes

savoir.actualitte.com -

Si les musulmans représentent 7,5 % de la population, il n’existe que 0,3 % d’écoles musulmanes dans l’Hexagone.

Selon différents experts, le nombre de musulmans en France devrait dépasser les 10 % de la population française d’ici à 2030. Pour l’instant, avec 4,7 millions, les fidèles de l’islam constituent 7,5 % de la population. A l’échelle européenne, la France se place ainsi au premier rang pour ce qui est de l’importance de sa communauté musulmane.

 

Mais jusqu’à présent les écoles musulmanes n’ont pas suivi le même développement et elles ne représentent aujourd’hui que 0,3 % de l’offre éducative sur le territoire français, rapporte le site Al Kanz . Si la France compte 9000 écoles privées, dont 8500 sont catholiques et 282 sont juives, seule une quarantaine sont de confession musulmane.

 

Une instance représentative :

 

Pour faire correspondre la demande à l’offre, il faudrait qu’il y ait dans l’Hexagone plus de 700 écoles musulmanes. On est donc très loin du compte. Toutefois, progressivement, l’offre disponible se structure et se renforce. Ainsi, en mars 2014, s’est créée la FNEPM, la Fédération nationale de l’enseignement privé musulman.

 

Cette structure est pour l’instant présidée par Makhlouf Mameche, directeur adjoint du collège-lycée Averroès à Lille, rapporte La Croix. A elle seule, cette fédération réunit une dizaine de membres fondateurs. Les plus importants groupes scolaires musulmans y sont bien entendus représentés.

 On y retrouve le lycée Averroès, l’école « La plume » de Grenoble, le collège lycée Ibn Khaldoun à Marseille, le collège « Éducation & Savoir » à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et le groupe scolaire Al Kindi à Décines (Rhône). Cette instance va permettre un meilleur dialogue avec l'Etat afin d'arriver à l'obtention de davantage de subventions contre des garanties plus fortes en matière de suivi des programmes officiels.

Une offre encore très jeune :

Les écoles musulmanes sont souvent trop récentes pour pouvoir prétendre à des aides de l’Etat et seules trois pour l’instant en bénéficient. La rentrée prochaine verra l’ouverture de deux nouvelles structures, une à Montpellier et l’autre en Seine-Saint-Denis.

Demandant de lourds investissements de la part de la communauté, les écoles privées sont toujours un défi à mettre sur pied. Le site Al Kanz recense une partie de l’offre disponible sur le territoire français. Ce sont donc des structures très majoritairement agréées par l’Etat, et non pas sous contrat. L’enseignement est donc conforme aux programmes de l’Education nationale mais la structure reste autonome financièrement.

 Pour être sous contrat, l’école doit avoir été agréée pendant cinq ans. A partir de là, il peut être question d’aides importantes de l’Etat, notamment pour prendre en charge le salaire des enseignants. Ainsi, sur les 7 milliards accordés à l’Etat aux structures sous contrat, 1 254256 € sont allés à des structures musulmanes.  

Retrouver cette article sur savoir.actualitte.com

Commentaires

Pour ajouter un commentaire, veuillez s'authentifier à partir de la zone Connexion située à droite.

CSS Valide !